Comment est née La Folle Erreur de Don Cortisone ?

Comment est née La Folle Erreur de Don Cortisone ? L’écriture d’un premier roman…

 est toujours le résultat d’un très long processus de gestation interne et d’un travail d’arrache-pied. Pour la gestation interne, c’est toujours en cours. (Qui suis-je ? Pourquoi je me lance là-dedans? Bon, faut que je fasse encore 100 pages si je veux aboutir à un roman…) Et pour le travail, c’est fini. Ouf ! Enfin, c’est ce qui s’est passé pour moi.

Le plus étonnant, c’est le résultat final : « Quoi ? C’est moi qui ai écrit ça ? »

Mais revenons à l’événement déclencheur :

Lorsque « Bloom, l’atelier d’écriture qui fait du bien » s’est achevé, (un atelier animé sur Facebook par Florence Servan-Schreiber), le groupe de 500 femmes et 3 hommes s’est disloqué.

 

Tout le groupe ? Non ! Un petit noyau d’irréductibles résistait encore et toujours à la dispersion. C’est ainsi qu’un « Bloom Saison 2 » s’est recréé (99 femmes… et moi), pour continuer l’aventure du développement personnel et de l’écriture. Et puis, un jour, cette image de trois petites filles a surgi, avec ces commentaires :

             F. venait de rentrer d’une promenade avec sa grand-mère  avec laquelle elle était allée cueillir des framboises. À peine avait-elle posé son panier sur le petit banc devant la ferme familiale que cette chipie de S. avait profité de l’arrêt pipi de notre amie pour remplir ses poches de ces appétissants petits fruits sans oublier, bien évidemment, d’en engloutir quelques-uns au passage. Là-dessus, Didier est arrivé en courant avec son carnet de notes à la main pour la surprendre la main dans le sac. S. s’est retournée brusquement. Didier a trébuché et son carnet a atterri dans les framboises ! Le dernier épisode de son défi d’écriture est devenu complètement illisible. Mais il avait un autre carnet en poche (on ne sait jamais, disait-il toujours) et il se mit à réécrire le dernier texte de son défi où il était question de framboises et de bottes à franges…

J’ai relevé le défi et commencé le feuilleton des aventures de Framboise et de ses bottes à franges. Le feuilleton a plu, je me suis pris au jeu, et peu à peu les quelques pages se sont transformées en roman.

Florence Servan-Schreiber m’a fait le plaisir de parler du roman dans sa newsletter.

2 Commentaires

    • Gérard de MOURA sur 17/07/2022 à 11:25
    • Répondre

    Lorsque Didier est venu m’expliquer qu’il allait quitter son job pour devenir écrivain, j’ai hésité entre le regret de voir partir un collaborateur de qualité et le respect pour celui qui ose entreprendre, qui plus est dans le monde de la culture, bien plus difficile que celui du numérique… Et je me suis imposé de lire le premier roman, par curiosité, presque par obligation ! Et Didier (ou plus exactement Framboise) m’a pris au piège d’une histoire mêlant tour à tour l’humour, le voyage, le suspens et la tendresse. L’obligation curieuse s’est donc transformée en plaisir de lire, avec en plus l’étonnement que générait cette lecture : Didier cache si bien son jeu que cela révèle une personnalité aux multiples facettes, dont je prendrai sans nul doute plaisir à lire les futurs ouvrages.

    1. Merci Gérard pour ce beau commentaire. Bien content que Framboise ait réussi à te prendre aux pièges de ses aventures.

Répondre à Gérard de MOURA Annuler la réponse

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.