Hit the road, Jack !

 

Hit the road, Jack!

 

 

Un chef mafieux violent. Une police corrompue. Un héros idéaliste et entêté.

Au Kentucky, il ne fait pas bon fricoter avec la fille du chef d’industrie local. Contraint de quitter la ville, Jack ne pouvait pas savoir qu’il quitterait une situation périlleuse pour un danger mortel : il se retrouve coincé au milieu d’un conflit brutal opposant deux grands patrons responsables de catastrophes écologiques, de la misère du peuple et de l’exploitation des enfants. Il n’a pas d’autre choix que de passer à l’action… quel qu’en soit le prix.

« Hit the road, Jack » est le premier thriller mettant en scène Jack Stubborn, un héros naïf, obstiné et débrouillard. Si vous aimez le suspense, l’humour et l’action, alors vous adorerez ce nouveau roman basé sur des faits réels.

N’hésitez plus, achetez Hit the road, Jack ! et prenez la route avec Jack dès aujourd’hui.             

                                             

     

    ou contactez Didier pour une commande directe auprès de l’auteur avec dédicace.

     

    Dans la presse :

    Srafina sur Babelio
    Un très bon roman sensible, sans temps mort, bien écrit qui nous fait voyager à travers l’état du Tennessee. Il y a de l’humour, de la gouaille, le héros sait manier les mots et ils sont percutants.
    J’ai beaucoup aimé voyager en compagnie de Jack et suivre ses pérégrinations d’une région à l’autre. On assiste à son combat de David contre Goliath et ce n’est pas une mince affaire.

    @jessicacousin35
    Whaou ! Quelle aventure et quel road trip ! Je ne suis pas mécontente d’avoir découvert cet auteur !
    Ça commence comme Candide de Voltaire, ça flirt avec Sur la route de Jack Kerouac, j’ai même pensé à Mon traître de Sorj Chalandon, aux Misérables et à Germinal!!!! Tout ça pour vous dire que c’est de la dynamite ! C’est bourré de rebondissements et d’humour! Et croyez moi, il en faut, vu tout ce qui arrive à notre héros ! Les personnages sont bien dessinés et attachants! Les situations sont dignes d’une série dont on attend la suite avec impatience ! Les descriptions sont subtiles et pas chiantes du tout( j’aime pas trop Balzac donc…)
    J’ai vraiment eu l’impression, en reposant ce roman d’avoir vu un film !
    Très très prometteur ! Ça coule de source! C’est fluide, c’est divertissant! J’ai même eu ma petite larme à la fin…
    Vraiment bien ! Si vous souhaitez partir à l’aventure, foncez ! C’est complètement dépaysant ! Même si vous n’y connaissez rien au charbon et au tabac…

    @chloe_love_all_the_books
    Ce roman fût une véritable découverte pour moi, et une délicieuse découverte.
    En effet, travaillant dans le domaine de l’écologie avec la production de gaz renouvelable, le sujet du livre m’a tout de suite parlée et m’a vraiment conquise. Une histoire très bien menée, très bien ficelée, qui se lit avec une très grande facilité et cela est très agréable.
    Ce livre regroupe tous les éléments que j’aime retrouver dans mes lectures: de l’amour, du voyage, de la trahison, du règlement de compte, de la corruption, des réconciliations.
    Bref je le recommande sans hésiter car c’est une véritable pépite, très bien écrite et dans l’air du temps.

    Les Lectures de Cannetille
    On ne s’ennuie pas un instant dans cette lecture à classer en littérature « mauvais genre »

    Candice Ulrik, auteure de Going Wild
    C’est très vivant. On est tout de suite happé par le récit et plongé dans cet univers; un voyage auquel on n’a aucun mal à se joindre. L’auteur nous livre une vision peu reluisante des États-Unis :une critique de l’industrie virulente, vive et savamment dosée au fur et à mesure du récit. Documentée, on sent la pertinence des éléments abordés et développés.


    Citation :

    Appelez-moi un hobo, si vous voulez. Ou un vagabond, toujours sur la route. Une petite vieille de Loves Park m’avait baptisé une âme errante, comme si j’avais déjà clamsé. Alors que moi, tout ce que j’avais toujours souhaité, c’était une vie normale.

    Trois mois que je vivotais de petits boulots et de services rendus. Là, je traversais une mauvaise passe, quasi plus un rond, et ce qui venait de se passer n’arrangeait pas mes affaires. Je m’étais fait jeter comme un malpropre de Satan’s Kingdom, un coin perdu à la limite entre Vermont, New Hampshire et Massachusetts. Ces noms-là, c’était la pagaille de l’histoire : les montagnes vertes des foutus Français, un nouveau comté de Hamp pour des Anglais nostalgiques qui avaient un peu vite oublié qu’ils y crevaient de faim, dans leur Old Hampshire, et les Indiens, qui eux n’avaient rien demandé à personne. On se bat vraiment pour n’importe quoi : Satan’s Kingdom, c’est que dalle, juste un nom sur une carte, bien au nord-est, autant dire un coin humide et froid, et bien sauvage. Du chêne et des hêtres en veux-tu en voilà, et du boulot pour moi.